Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 23 le Jeu 24 Déc - 18:13
Statistiques
Nous avons 181 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est investisseur

Nos membres ont posté un total de 530 messages dans 103 sujets
Meilleurs posteurs
XM (102)
 
anarchieevangelique (92)
 
Dyo (43)
 
Benjamin BALL (32)
 
violette (31)
 
mathieu (29)
 
uniondesgens (17)
 
muad (13)
 
Minga (13)
 
fedydurke (10)
 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Décence matérielle pour les pauvres… et pour les riches !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

C’est simple si l’on sy met :

dans l’immédiat (avant que nous ayons assez ouvert nos mains pour que l’argent se périme au contact de l’amour du prochain) faisons remonter à la surface de la vie sociale l’idée d’une répartition de tous les salaires entre 1500 euros net et 15 000 euros net.

Que ce soit pour les éboueurs - que nous devrions tous être à tour de rôle au moins quelques mois dans une vie (Gandhi) - pour les politiciens, les vedettes, les journalistes, bref sans exception.

Avec 1500 euros, on mène une vie simple mais décente.

Avec 15000 euros, on mène une vie agréable mais décente.

A bas l’abus et l’avidité,
A bas l’exploitation.
Vive la décence !



PS. Petits éclairages
- Depuis 2002, le revenu moyen des Français n’a augmenté que de 0,06% par an, et en 8 ans, de 5,9%. Mais les 1% les plus riches ne sont pas concernés par cette cure d’austérité : ils ont vu les leurs croitre du triple, soit 19%.

- En 2005, un rapport des Nations Unies a établi que les 50 personnes les plus riches dans le monde gagnaient plus que les 416 millions les plus pauvres.

- Aux USA, les 1% les plus riches gagnent plus que le total des revenus des 40% les plus pauvres.

Etc.

Pour "conclure" :
La seule crise est la Crise de l’Homme. Soit il devient frère, soit il devient loup. Ce combat s'actualise et se radicalise en accélération continue. Il est aussi en chacun, à chaque instant.
Ceci est à mes yeux la Base de toute Nouveauté qui voudra transpercer l'épaisse couche grise.
Salut !

Voir le profil de l'utilisateur http://anarchieevangelique.wordpress.com/
tout a fait d"accord avec toi, "la crise" est la crise de l'homme et non financière comme on veut nous faire croire.
mathieu

Voir le profil de l'utilisateur
anarchieevangelique a écrit:C’est simple si l’on sy met :

dans l’immédiat (avant que nous ayons assez ouvert nos mains pour que l’argent se périme au contact de l’amour du prochain) faisons remonter à la surface de la vie sociale l’idée d’une répartition de tous les salaires entre 1500 euros net et 15 000 euros net.

Bonjour,

Je suis pour ma part oppose a cette idée, sur le fond je suis d'accord mais pas sur la forme.
Le fait qu'il y est des très haut salaires n'est pas le problème bien au contraire, les exemples que tu site sont pour moi la preuve qu'il faut obliger les dirigeants a repartir les bénéfices selon une règle à définir entre l'investissement les actionnaires et les salariés. L’industrie du luxe fonctionne plutôt bien et emplois bon nombre de salariés. Par contre la ou je te suis c’est qu’il ne participe pas assez à l’effort collectif (assurance maladie, retraite et autre protection social).
Je ne suis donc pas favorable a un salaire maximum mais plutôt a une régulation raisonnable de touts le système.

Exemple : Les bénéfices de Total sont réalisés en grande parties grâce a une spéculation sur les prix du pétrole et surtout grâce a une réduction des capacités de raffinage. En effet c'est la loi de l'offre et la demande si les pétroliers réduisent leur capacité de raffinage la demande elle n'augmentant pas les prix montent.
Les tarifs des carburants et plus généralement des énergies (eau, électricité ou autre) devraient être fixé par l'état. Conclusion pourquoi ne pas nationaliser Total ?

Deuxième point certain pays pour faire face a cette crise on augmenter les impôts sur les plus fortuné de manière tres importante (parfois 70%), la ou la France de Sarko met en place le bouclier fiscal et se propose de supprimer la taxe professionnel, ressource principale de pas mal de commune!!!!

A mon avis beaucoup de solution sont a explorer avant de mettre en place un salaire maximum.

Kablan

Voir le profil de l'utilisateur

4 proposition de décence partagée le Ven 27 Mar - 15:07

Je ne comprends pas bien le désaccord ?

Je n'entre pas dans des considérations économiques, parce que la proposition de décence partagée que j'émets bouleverserait l'économie, ou plus justement voudrait dire que nous sommes redevenus maîtres de l'économie.

L'autre avantage de cette proposition de décence partagée c'est qu'elle dégagerait des sommes considérables, un vrai trésor collectif disponible pour les causes les plus urgentes, et ce ne sont pas les chantiers qui manqueront de ce côté-là dans l'avenir, voilà bien une certitude universelle.

Voir le profil de l'utilisateur http://anarchieevangelique.wordpress.com/
"anarchieevangelique" Je suis juste contre le fait de définir de manière arbitraire par la loi un salaire maximum, par contre je te rejoins sur l'idée de repartir mieux les richesses produitent.

En gros si demain tout le monde vie de manière décente je ne vois rien de gênant a avoir des salaires élevés du moment comme je le disais que tout le monde participe de manière proportionné l'effort collectif.

En bref je suis contre la méthode mais sur le fond de ton idée qui est la répartition je suis a 100% pour.

Kablan

Voir le profil de l'utilisateur
D'accord !
Mais je ne parle pas de loi, juste d'un consensus qui pourrait émerger, s'il devenait majoritairement partagé, qui pourrait devenir alors une règle acceptée dans le domaine du salariat.
Maintenant, s'il y en a qui veulent vivre (par choix de vie) avec moins que 1500 euros net et d'autres avec plus que 15 000 euros net/mois, je ne suis pas pour le leur interdire, tant que pour cela ils ne causent pas de tort à autrui (abus, détournements, vols, exploitation : profitation).

Bon ceci dit, le salaire unique me conviendrait aussi...

L'essentiel encore une fois c'est une répartition décente.

Voir le profil de l'utilisateur http://anarchieevangelique.wordpress.com/
Pour moi il faudrait également revoir nos critères pour évaluer les salaires. Comment comparer un emploi nécéssitant des efforts physiques constants avec un un poste à hautes responsabilités morales, humaines, matérielles ?



Dernière édition par Dyo le Ven 27 Mar - 20:22, édité 1 fois (Raison : haurtograf)

Voir le profil de l'utilisateur
en effet on ne peut pas comparer...
c'est pour ça que c'est la notion de travail qui est à revoir pour la transformer en notion de service.
chacun fait ce qu'il sait faire.
le savoir de l'un ne vaut pas plus que le savoir de l'autre, ce sont juste des savoirs complémentaires.
si le patron n'a pas d'ouvriers, ça lui sert pas à grand chose d'être patron. Et si l'ouvrier fabrique sans un encadrement qui va organiser les commandes, la commercialisation, etc... ça lui sert à rien de produire. on a tous besoin des savoirs les uns des autres sans compétition.
c'est pourquoi le "salaire" unique me parait intéressant, mais le mot salaire n'est pas adapté.
pour moi, c'est un moyen de subsistance, distribué à chacun pour garantir les besoins vitaux, mais sans aucun lien avec le travail.
travail et argent n'ont plus de lien de cause à effet.
on offre un savoir-faire à la communauté, en étant déchargé de tout souci de survie. La coopération remplace la compétitivité.

Voir le profil de l'utilisateur http://violetteactu.over-blog.com/

9 salaire le Ven 27 Mar - 22:19

Tout à fait d'accord avec le salaire unique, cela devrait sinon évincer au moins atténuer toute tentative de supériorité de certains. Du coup le travail, pardon le service, serait un choix pour chacun et donc on peut aussi espérer une amélioration de la qualité (de travail et du travail). Par contre peut être peut on jouer sur la durée en fonction de la pénibilité.
L'autogestion, peu mis en application, ou du moins dans la durée, reprend ce principe et au vu de l'acharnement des systèmes en place pour le saboter (les rares fois ou il a été expérimenté, je pense en Espagne notamment ) on peut espérer que c'est une solution assez efficace.

Voir le profil de l'utilisateur
oui on peut croire à l'amélioration de la qualité du travail parce qu'il y a choix et donc sentiment de liberté.
Dès qu'on n'est plus "obligé", on est beaucoup plus disposé à coopérer.
Et dès qu'il n'y a plus de compétitivité, il n'y a plus de hiérarchie, et on aboutit bien sûr à l'autogestion... ça devient quelque chose de naturel, comme une évidence...
après, il faut arriver à chiffrer tout ça, mais certains ont déjà bien bossé le sujet ici, je pense que c'est tout à fait réalisable.

Voir le profil de l'utilisateur http://violetteactu.over-blog.com/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum